ELECTIONS 2019 : le bulbe et le rhizome

Une sorte de schéma sus-jacent se dessine en Europe. On dirait que les pays qui ne sont pas encore passés par un retour en arrière s’y engouffrent. Ceux qui ont été les premiers à voter avec les pieds tentent de s’en sortir et voient apparaître de nouveaux schémas politiques.

Comme s’il ne fallait pas avoir la raison trop vite. La maturité passe parfois par une mauvaise expérience, comme dans la vie de chacun de nous.

Ainsi, je regarde avec attention les petits pays où les résultats sont plus simple à déchiffrer et souvent plus tranchés. comme en Belgique , en République Tchèque ou encore en Autriche.

On nous parle partout de la “bi-polarité”.

Dans la majorité des discours on parle de la fracture bi-polaire comme d’une séparation en deux blocs, de même nature qui s’opposent.
Je ne le vois pas ainsi.

Le monde se re-divise en effet en deux grandes structures, en deux manières de penser, sans doute en deux organisations-type. Mais il ne devient pas binaire comme par le passé. Ce que je vois, c’est le bulbe face au rhizome.

Avant, nous avions le bloc de l’est et de l’ouest. Deux ‘bulbes’. Désormais, les frontières se redessinent de manière rhizomatique à l’intérieur même des pays Etats. Ces racines rhizomatiques les déchirent et créent des fractures entre les populations qui sont encore en monde « bulbe ». Un bulbe déraciné est facile à détruire. Un rhizome, même arraché dans une partie du jardin, va survivre en se décalquant ailleurs.

Deux visions du monde s’affrontent : rhizome ou bulbe?.

La vision hiérarchique, enracinée comme un arbre, ou fragile comme un bulbe gonflé de nourriture, mais solitaire. C’est le monde politique avec des organisations nationales dirigistes et épris du pouvoir central et d’un leader fort. Lorsque l’histoire d’une nation, telle un bulbe de tulipe,  est portée comme un drapeau d’une croisade moyenâgeuse, cela donne un bulbe nationaliste. Pour des bulbes bien gros et bien portants, le passé est forcément glorieux et le futur effrayant.

Une seconde vision du monde, rhizomatique, horizontale est en mouvement.

Elle dépasse la frontière nationale, tissant le réseau de connexions auto-suffisantes, transporte en elle les sources de survie. Structurée pour survivre, taillée pour un monde différent, hostile, capable de détecter ce qu’il faut pour survivre et s’adapter. Cette vision de la vie n’est pas forcément plus optimiste, mais repose sur l’intelligence du grand nombre de ces enracinements en ligne et en réseau qui communiquent en interconnexion horizontale.

C’est aussi cette dernière qui voit la planète comme une tout, un terrain de survie, dont il faut s’occuper au-delà de son village. C’est le gingembre, le manioc, le galanga, l’asperge, le bambou et l’oyat capable de survivre dans les dunes de sable. Mais, c’est aussi du chiendent adopté comme l’organisation par les réseaux d’activistes violents et des terroristes de dernière génération.

rhizome
  • On redessine donc une nouvelle cartographie du monde, on décalque le nouveau modèle, on connecte entre structures, on reconnecte des ensembles multiples à travers la planète.  C’est aussi une nouvelle façon de penser, de résoudre des problèmes, passant d’‘underground à la surface de la terre comme un iris.
  • Les fruits sont visibles, spontanés, improvisés. Le rhizome est aussi parfois au stade de veille, comme un catalyseur.

Dans l’attente, les bulbes se défendent

En Belgique, les flamands ont voté à 50% pour les bulbes. Dans leur incapacité à partager avec les wallons, de communiquer de se connecter. Cela n’est qu’une parenthèse, car les bulbes n’ont pas la bonne méthode pour survivre. Ils vont périr dans le monde de demain.

rhizome

En République tchèque, les bulbes ont été majoritaires en 2014. Depuis, les structures rhizomatiques ont envahi le jardin. Le problème des structures rhizomatiques, c’est le chaos qu’ils engendrent en apparence au début. Car tout changement et la capacité d’adaptation engendre un minimum de chaos pour éclore.

Partant de rien, voilà le parti des Pirates (libertarisme de gauche et cyberdémocratie) qui décroche 14% et devient 3ème parti du pays, suivi du Stan (des maires et indépendants…encore un nouveau truc, mais europhile, donc connectable) et qui se connecte donc parfois au Top 09, les verts…avant de se fâcher. Le vieux parti social -démocrate s’accroche un peu aux branches avec son europhilie affichée. Ces structures nouvelles ne communiquent pas encore bien entre elles, elles se cherchent encore elles-mêmes comme des adolescents. Ainsi, le vieux bulbe populiste de droite ANO, soutenue par toutes les plantes mourantes comme les communistes garde encore la première place.
Comme le gros bulbe FN en France et le schmurf de Wauquiez qui pousse dans son ombre.

Mais on ressent que les forces progressistes sont en train de muter, de verdir, de sortir de l’impasse rouge. Une impasse incapable de s’adapter, car le rouge et rose sont devenu justement trop bulbeux…

Un rhizome peut aussi poser quelques soucis. Il navigue entre stabilité et le chaos.


Il est vrai que les rhizomes sont parfois aussi proie d’un grand arbre hiérarchique. Comme en Chine.Elles se font écrasés par l’arbre et prendre la nourriture. Mais ils sont en veille et pas morts.

Elles deviennent parfois envahissants et peu utiles comme du chiendent et des groupes d’activistes violents ou des terroristes. 

Mais peuvent aussi devenir beaux comme des iris et des orchidées.
Je crois que dans le monde de demain, c’est le rhizome, à l’image de l’Internet qui sera notre future.
Les réseaux informatiques du web sont des rhizomes.

Les bulbes ne vont pas résister. Les fractures, les fissures vont causer de graves dégâts aux bulbes.
Dans le future proche, il vaudra mieux d’être oyat que tulipe pour tenir dans une dune de sable asséchée.

Dans une avenir proche, nous n’allons peut-être plus pouvoir non plus raisonner de manière linéaire, mais en mode des fractales.

Demain, les territoires ne seront plus les surfaces, mais des images inspirées par les mathématiques fractales en perpétuel mouvement.
Entre stabilité et le chaos, en mode rhizomatique, difficile à éradiquer et à capturer.
Oui, la survie des bulbes est menacée, il ne faut pas s’étonner que ceci engendre des peurs et des envie de construire des murs pour créer des enclos à la nature bien domestiquée.
Les rhizomes se moquent totalement des murs.

Quelques sources à lire :
  • Evidemment le vieux modèle de Deleuze remis au goût du jour : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rhizome_(philosophie)
  • aussi Benoît Mandelbrot, le mathématicien génial : https://www.lemonde.fr/sciences/video/2015/02/15/du-brocoli-a-la-bourse-les-fractales-sont-partout_4576842_1650684.html
  • et le merveilleux Micmath : https://www.youtube.com/watch?v=iFA3g_4myFw
  • et la botanique : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rhizome