Réfugiés, autrement?

Réfugiés . Un pays pauvre comme Ouganda a accueilli un demi millions de réfugiés. Actuellement, sur la frontière du sud Soudan on enregistre QUOTIDIENNEMENT 2000 réfugiés! Et en plus, on a accueilli dans le camps de transit que j’ai vu à la frontière de Congo encore 2 500 réfugiés congolais depuis décembre. Or, ces camps sont impeccables. On garde ici les réfugiés que quelques jours avant de les enregistrer ou soigner et puis on les adresse vers les programmes d’installation dans tout le pays . TOUS ont un permis de travail. Ils se déplacent librement dans le pays, pas de camps fermés ici. Pour les paysans, le gouvernement cède les terrains et les aide a redémarrer. Les programmes de développement et les financements d’aide aux réfugiés des ONG pour être bien acceptés par la population doivent profiter à 30% aux locaux et pour 70% aux réfugiés. C’est le deal du gouvernement, intelligent. L’UNICEF considère que c’est exemplaire, contrairement à Kenya où les réfugiés restent dans les camps, sans perspective. Ces camps sont infiltrés par al-Shebab. Du coup, le gouvernement kényane veut les fermer à cause des risques de terrorisme. Nous en Europe on pleurniche pour gérer 10.000 personnes, et on garde des camps dans un état déplorable. Infiltrés évidemment.

Ce pays a vécu la terreur d’ Amine Dada, puis la folie meurtrière de Joseph Kony pendant 20 ans et les voisins rwandais le génocide. Ici, on connaît encore la valeur de la paix . On comprends visiblement mieux ceux qui ne veulent que survivre.
Que sommes nous devenus en Europe et dans tous les pays riches pour être aussi recroquevillés.