l’Insoumis et la Rebelle

De retour au bercail, je me replonge dans ces événements mondialement importants qui ont secoué le village français ces dernières semaines…Bon, à part des postures des nouveaux représentants du peuple au Sénat, pas grande chose à se mettre sous la dent. Alors allons ‘y pour ce qui m’a frappé dans ces “événements’ super intéressants.

Vu le nombre de partages, je ne dois pas être seule à apprécier ce rappel de Guy Zilberstein…de ce que signifie l’insoumission et comment la différencier d’une posture démagogique, du comportement risible d’un adolescent gâté ou de l’affichage publicitaire peu onéreux.
Ceci m’inspire évidemment un post politiquement incorrect.

Je pense que d’une certaine manière Ruffin est à l’insoumission ce que Schiappa est à la tolérance et l’émancipation de la femme…une erreur de cheminement intellectuel, une sorte de perte de repères dans un âge post-adolescent permanent.

Peut-on se perdre dans trop de liberté ? On renonce toujours à une parcelle, quand on souhaite vivre avec les autres sans devenir un donneur de leçon pénible ou un solitaire hargneux. Car, il faut savoir à la fois de ne pas se faire marcher sur les pieds et ne pas empiéter sur les espaces des autres. Pour vivre en société humaine, il faut évidemment une dose de tolérance, mais il faut aussi marquer les limites aux autres et défendre sa place. Il y a donc une limite à trouver, à la fois dans ce qu’on accepte et ce n’ont n’accepte pas.

Je pense à mes voyages au Japon ou la petite île surpeuplée et refermée sur soi-même a produit des règles de « respect de l’autre » tellement visibles et contraignantes (surtout vu de l’occident) qu’on en ressent une totale perplexité. Mais, vivre « entassé » en bataillant pour chaque mètre carré a aussi obligé la société nippone à créer des règles comportementales pour ne pas s’entretuer pour ces ladite mètres carrés.

Pour en revenir à nos deux égarés l’Insoumis du Système et la Rebelle Passionaria de la Tolérance, ils me font penser à ces gamins malheureux à qui les parents ne disent jamais non ou stop. Je ressens un léger agacement devant cette usurpation des valeurs fondamentales du vivre ensemble dans notre société par ces excités narcissiques élevés dans un monde paisible. Les deux adoptent des postures de rebelles et nous donnent des leçons bien-pensantes. Selon ces deux saints, nous ne serions donc jamais assez partageurs ou assez tolérants. Ils en sont encore à : « il est interdit d’interdire ». Et « je veux le même stylo que ma sœur et si je n’ai pas le même, je crise et je lui pique le sien… ».

Lorsque le Saint Ruffin et la Sainte Schiappa m’expliquent comment bien parler, bien penser et bien vivre dans la société, j’avoue que ceci ne m’inspire pas du tout. Aucune envie de tout accepter, de tout partager, de tout pardonner, de tout tolérer, d’aimer tout le monde, d’aimer ce qu’ils aiment, de valoriser le nivellement par le bas, d’aimer la médiocrité généralisée sans saveur, de ne pas désirer.
Faut-il considérer que le summum de la moralité serait l’amour inconditionnel du port du voile intégral et de gagner que le SMIC ?
Je leur dis, aller vous faire voir avec votre modèle personnel de la société, il ne me convient pas.
Je n’aime pas les types qui regardent mal une fille en jupe courte dans la rue au nom d’une supériorité religieuse, ni ceux et celles qui croient qu’il faille les défendre.
Je n’aime pas les types qui se croient exemplaires en affichant comme le summum d’humilité le Smic au Sénat et s’y baladent avec fierté sans cravate avec un air de supériorité morale proche du peuple. Il n’ ya rien de supérieur moralement derrière cette posture d’affichage. Rien, dont on devrait se sentir coupable.

Je n’aime pas la contrainte religieuse et je n’ai pas aimé du tout de vivre en comptant chaque centime.

Je souhaite donc à tout le monde qui en a les capacités de gagner bien plus que le Smic et de ne pas être obligé à se mettre un voile sur la tête, car la vie est plus agréable ainsi. La vie est courte et on ne vit qu’une fois. Et si vous avez cette chance de pouvoir faire autrement, ne vous la faite pas gâcher par ce bien-pensant qui vous traitera toujours d’intolérant et de privilégié en se croyant supérieur moralement.
Il se pourrait, que c’est lui qui n’a rien compris. En tout cas, ne comptez pas sur moi, pour vivre ainsi et de l’afficher comme LE modèle à suivre.
En plus, je parie qu’il n’y aura pas 26 vierges qui vous attendent au paradis même si votre famille est emmitouflée tout en noir et mange que des patates.

J’ai bien dit, que ce ne sera pas politiquement correct…

Je vois déjà tous ceux qui vont me rappeler que c’est difficile de vivre avec le Smic et que c’est la grande partie de la population qui doit le faire chaque mois. Qu’on a droit de s’habiller comme on veut dans un pays où on respecte la liberté religieuse. Comme si je ne le savais pas. Je n’ai pas besoin qu’un élu éclairé me le rappelle par sa posture. Je préfère qu’il fasse son job pour que je puisse avoir envie de payer les impôts.