La plus belle ville.

C’était hier.
La plus belle ville.
Dire à Trump que assurément cette ville n’est plus ce qu’elle était? Un petit rayon de soleil et la foule se précipite dehors…Non, décidemment il ne faut pas qu’il vient ici. Ni ceux qui lui ressemblent.
Comment j’ai appris à aimer cette ville avant de s’y installer? Par ma professeur de français. Elle n’avait pas le droit de voyager comme nous tous. Elle n’a jamais pu venir en France…Elle posait en classe une carte de la ville par terre, y ajoutait des images et cartes postales, des monuments et des tableaux impressionnistes et on se baladait avec elle dans les rues de Paris. Elle nous a tout fait visiter et nous a appris à aimer cette ville .On peut dire de manière virtuelle avant l’existence du virtuel.

Et aussi comme un acte de résistance face à l’interdit et l’enfermement dont on était tous victimes.
Quand j’ai pu enfin marcher librement dans cette ville dans sa version réelle, j’ai tout refait à pied et sans carte. Et je ne me lasse pas de la beauté de cette ville depuis plus de 35 ans.
Et de la liberté qu’on y respire encore…